Sur cette photo, il y a Odette et son Lucien (dit Lulu).
À cette époque, les photos de mariage avaient quelque chose de plus maîtrisé qu’aujourd’hui. Mises en pli, crans, tenues sobres et soignées, sourires discrets… Quelque chose de doux, pas déluré, fou, passionnel.
Mais, ne vous fiez pas aux apparences, ces deux-là s’aimaient follement.
Après cette photo, il y a eu Jeanine, Micheline… puis plus tard, le petit dernier, Jean-Louis, mon papa.
Après cette photo, il y a eu d’immenses joies, des films de famille sur des pellicules 8mm qu’on projetait grâce au Super 8 familial.
Après cette photo, il y a eu des peines, des colères, la maladie.
Après cette photo, il y a eu la vie d’un couple bien rempli, qui s’est aimé jusqu’au bout. Par dessus tout.
Après cette photo, il y a eu la vie, tout court et l’amour qui leur a survécu.
Après cette photo, il y a ce matin de décembre, où je me retrouve avec ce cliché entre les mains. Le début de leur histoire, finalement, de celle de mon père, de la mienne, et puis celle de mon fils.
Quand ce genre de moment arrive le matin de Noël, j’ai envie de vous dire une seule chose mes petites douceurs : chérissez votre famille, chérissez la mémoire, chérissez les jolies histoires… Et surtout n’oubliez rien.

FacebookTwitterMore...